gruyeresuisse

23/10/2021

Abstraction et avant-garde - Hans Jörg Glattfelder

glatt.jpgH. J. Glattfelder , "Amarcord", Galerie St-Hilaire, Fribourg, du 6 novembre au 4 décembre 2021.
 
Né à Zurich,  Hans Jörg Glattfelder choisit d'interrompre ses études de droit, histoire de l'art et archéologie pour rejoindre en Sicile le centre du réformateur et militant non-violent Danilo Dolci, avant de s'établir à Florence en 1963. Il y débute sa carrière artistique dans la lignée des "Concrets Zürichois".  Ses "Reliefs à pyramides", oeuvres emblématiques associant art construit et Op Art l'inscrivent dans le mouvement artistique "nove tendencije". 1977 marque le début d'un nouveau processus créatif et la recherche par l'artiste d'un langage formel innovateur lié à ses réflexions sur  les notions d'espace-courbe et de géométrie non-euclidienne.
 
Glatt 2.jpgLe titre de l'exposition fait référence au film de Fellini "Amarcord" récit qui convoque souvenirs d'adolescence et fantaisies imaginaires du cinéaste italien. À l'époque où ce film est diffusé, Glattfelder vit et fait carrière en Italie et cinquante ans plus tard, la paroi murale créée à partir des combinaisons des "Permutazioni" et exécutée en 1970 à Rimini, est au cœur de l'exposition d'aujourd'hui. Elle rappelle un moment intense de son implication en tant qu'artiste dans une société en marche.
 
Glatt 3.jpegEn 1969, Glattfelder fait imprimer sur un papier volontairement ordinaire une série de feuilles carrées  toutes différentes et  divisées en 3 surfaces par une bande diagonale. Appliquées et collées directement sur le mur, niant par leur matérialité et leurs multiples combinaisons  la notion d'"œuvre d'art unique", ces feuilles se veulent à l'image d'une société sans hiérarchie.  Elles sont présentées dans l'exposition Amarcord avec l'esprit d'origine avec une série de dessins à la gouache sur papier sur des variations offertes par le motif de la grille. Sont visibles aussi un "relief à pyramides", caractéristiques des oeuvres de l'artiste  et une série de tableaux où l'artiste poursuit ses recherches de représentations et perceptions spatiales dans la lignée de ses "métaphores non-euclidiennes".
 
Jean-Paul Gavard-Perret
 

Les commentaires sont fermés.