gruyeresuisse

21/10/2021

Jean-Pierre Siméon : de l'amour

Siméon.jpg"La poésie d'amour fait ricaner ceux qui savent. Juste retour des choses : aimer c'est ne pas savoir". Et à ceux qui voudraient savoir, "aimer est la seule réponse" : il ne faut pas chercher plus loin et espérer plus serait une pure perte. Telle est donc la "théorie" de Siméon. Elle se moque des logiciens.  Son ambition n'a pas pour but d'imposer un logos mais l'amour ; cela leur paraîtra sans doute naïf. Quoiqu'à  ce qui "semble contrevenir au bon sens" il faut se garder de porter des jugements définitfs.

Et Siméon écrit pour le rappeler. Il faut donc tenir à ses 130 propositions qui contredisent ce que le monde dit via divers canaux de médiatisation. A travers eux chacun est  l'"otage des machinologues en tout genre, s’asservit à la souveraineté d’une abstraction qui s’épargne les démentis du réel."

Siméon 2.jpgEn lieu et place Siméon sacrifie au genre sinon désuet du moins à celui que bien peu de contemporains lisent : la poésie. Chez lui elle est active, permet  "la compréhension des choses non surplombante mais impliquée, sensuelle assurément, qui a aussi pour moyen la main et le pied." Et s'il lui arrive de la détester c'est parce lorsqu'elle n'est pas bonne. La sienne est excellente.  Elle ramène au corps du monde par le corps de chacun.

Jean-Paul Gavard-Perret

Jean-Pierre Siméon,  "Une théorie de l’amour",  Collection Blanche, Gallimard, 2021, 112 p..

Les commentaires sont fermés.