gruyeresuisse

12/10/2021

Dante et les images irréductibles

Dante.jpgDans La Divine Comédie Dante se pose à distance du monde. Il n'existe pour lui pas d’autre rapport au réel. Et un tel inventeur sait qu'il n’existe pas de poésie pure :  la poésie  retient du monde et seulement ce que le langage en découpe. Echap­pant au simple effet de repré­sen­ta­tion, la langue ouvre une plon­gée aux abysses en des rites acé­phales. Des assises se perdent en cam­brures de reins et à califourchon, qui donnent aux poi­trines entre­vues la cou­leur d’une foi qui se moque des croix.
 
 
Dante 2.jpgMais cette découpe suppose un reste : il  demeure à jamais irreprésentable. Sans ce reste "non vu" rien ne serait visible : il n’y aurait que la brume de l’indifférencié commun. Il ne s'agit donc pas de représenter "du" réel - cela est facile. Chez Dante entre dévo­tion et sueur des mâles, entre prière et stupre, nul ne sait plus si ce sont les femmes qui se traînent aux pieds de leurs dieux ou si ce sont les chiens de guerre et de pou­voir qui sont pris en leurs guet-apens. Péche­resses et vau­tours s’ébrouent dans des tom­beaux volcaniques.
 
 
Dante 3.jpgIl s'agit de sortir de la duplication propre aux industrieux de la poésie. Le rôle du poète est de faire accéder ce reste à la configuration imagée sans l’annuler comme reste, comme non "imageable".  Exit Horace et on "ct pictura poesis" La question de la poésie s’ouvre où bée ce reste. Elle ouvre le halo des orgasmes, illu­mine le visage des enfers. Non seule­ment elle nous fait fran­chir les portes des cercles et des niveaux  mais nous plonge  sans rien usur­per de ce qu’un tel monde engendre.
 
Jean-Paul Gavard-Perret
 
La Divine Comédie. Trad. de l'italien par Jacqueline Risset. Édition publiée sous la direction de Carlo Ossola avec la collaboration de Jean-Pierre Ferrini, Luca Fiorentini, Ilaria Gallinaro et Pasquale Porro. Édition bilingue. Collection Bibliothèque de la Pléiade (n° 659), Gallimard, Paris, octobre 2021.1488 p..
 

Écrire un commentaire