gruyeresuisse

08/10/2021

L'importance d'être Ernest

Er 2.jpgL’image. L’éclipse. La notte. La chambre de Delon. Celle de Monica Vitti. Une phrase commence, se rompt. Avant, bien avant, Ernest Fénestraz enfant fait une preuve par neuf, espère, attend la correction en rouge. Pour patienter il regarde le chemisier de l’institutrice. Il rêve, imagine l’accord  (participe présent plus que passé). La voix, la craie, la crue. "Cachez ce sein" disait Tartuffe et l'Inspecteur. Contre-jour, interstice, éclipse. Mais mouvement de quatuor sur le clavier des sens enfantins. Er.jpg D’une certaine manière c’est la maîtresse d’école qui reprend en corps la parole au moment où sa peau se cuirasse d’odeurs d’ambre. Elle pose son corps devant l’immense masse de silence tandis que l'enfant voudrait tenter le langage de la nudité. Mais il ne peut oser l’indélicatesse du sens. Il sait néanmoins qu'avant de venir faire la classe elle a dissimulé l’obscurité de son intime ite dans la pénombre de la musique de chambre laissant au reste de son corps le soin de le nommer. Elle feint d’ignorer le regard qui rêve de la voir, avec une lenteur d’absente, se dépouiller des vêtements qui dissimulent ce qu’il y a encore de cacher, là où l’absence de langue assure la seule possibilité de passage et la conduite forcée de la chair dans les clairs-obscurs. Jusqu'à plus rien,  qu'à peine, à peine. Parler se dit l'enfant ne sauverait rien. Au contraire. Les mots créent le vide, soufflant ce qui était déjà joué. Mais dans le rêve l’abîme s’allège.  Même si l'Ernest sait encore trop mal que l’univers est façonné de gouffres, il aura déjà ressassé sa part d'ombre où se cache sa vérité. Il y descend en tâtonnant afin de nager tout en bas.  C'est une relation lacunaire, une  juxtaposition insensée. C’est la fusion dans l’intervalle du vide et de l’énergie de la matière enfin réconciliés. Et son silence parle : M’entendez-vous ? M’entendez-vous enfin ? L'enfant est déjà l'ombre de l’homme et de ses rites, ses millions de racines, des centaines d'oiseaux, limaces, taupes. Bien d'autres choses encore. Ceci reste un corps. Indéniablement.  Par la multiplication des seins et la preuve par neuf donc en X.

 
Jean-Paul Gavard-Perret

14:00 Publié dans Humour, Images | Lien permanent | Commentaires (0)

Écrire un commentaire