gruyeresuisse

25/09/2021

Lousnak : Vénus en sursis

Lousnak Bon.jpgLousnak propose un transbordement du mythe de Vénus. Non par dérision mais pour montrer que la naissance botticellielle de la déesse est soumise désormais à bien des pièges et avanies. Il s'agit encore pour elle de signifier par son corps la beauté mais pour sa survie celui-ci est contraint à porter des adjuvants que la pandémie a remis à la mode (même si la série de l'artiste a commencé sa série bien avant son arrivée du Covid).
 
Lousnak 2.jpgLe message est à la fois puissant, direct mais non sans poésie narrative. Plus question de s'abandonner à la seule griserie du corps en représentation. Il s'agit d'assister à son combat . Existe  un souffle extrême - parce qu'ici jusque dans sa "cosa mentale"  l'image (du corps) est affaire de muscles et de respiration.
Lousnak 3.jpg
 
Lousnak poursuit ses expérimentations de visualisations dystopiques. Sans forcément avoir besoin de s’appuyer sur le motif, elle crée l’autonomie de plans-surfaces qu’elle fait vibrer au sein même de la fixité. L'artiste exprime une liberté consciente de sa limite dans un monde parcouru de dangers. Elle reste au plus près possible de l’existence. Elle cherche néanmoins l’ouverture  et la liberté tout en évitant les grandes orgues du lyrisme et en cultivant une forêt de questions.
 
Jean-Paul Gavard-Perret
 

Lousnak, "La naissance de Vénus", galerie YellowFishArt , Montréal, Du 7 au 24 octobre 2021,

Les commentaires sont fermés.