gruyeresuisse

16/09/2021

Hélène Bessette : Ordalie

Bessette.jpg"Élégie pour une jeune fille en noir "est un long chant mélancolique d’amour et de mort. C'est la déclaration d’une femme vieillie à la jeune fille aimée en une confession rétrospective d’un amour impossible.
Hélène Bessette dans une langue tendue, claire, musicale et originale retraverse au terme de sa vie une telle  passion contrariée  puis - après le suicide dans la Seine de l'aimée - parfois effacée mais jamais oubliée :
"Il y eut les "ferries-Boat-Courses-Postes-Gare-Gares-Ports-Les aéroports -Les vrombrissements-Les freins......
Le téléphone. Le téléphone......
En dérangement.
Changements d’adresses. Définitifs. Faire suivre. Déménagements.
Garde-meubles. Salles des Ventes. Un mobilier. Deux mobiliers.
Trois mobiliers. Un appartement. Deux appartements. Trois appartements. Une maison. Deux maisons. Trois maisons......
À bout de souffle pour le mot fin.
Car c’est fini". 
Et pourtant l'amour au delà des méandres suit encore son cours et l'écriture  en  pousse l’exploration  par la singularité du poème. Celui d'une romancière trop oubliée et exploratrice des formes fictionnelles avant de retrouver à la fin de sa vie la radicalité d'un poème d'exception.
 
Jean-Paul Gavard-Perret
 
Hélène Bessette, "Élégie pour une jeune fille en noir",  Établi et présenté par  Yoann Thommerel, Editions Nous, Paris, 2021, 160 p., 21 E.

Les commentaires sont fermés.