gruyeresuisse

11/09/2021

Du matin au soir - Sabina Broetto

 
Broetto.jpgSavons, poudre, tubes, vasques,  afflux d'eau de robinet dans la salle de bains, bassin qui déborde dans le début du jour et quand le soleil va faire suite. Radeau bruisse. Lascive et humide, elle s'essuie. Pend son linge au crochet. En une mécanique elle va jusqu'à franchir certaines bornes. Mais en toute discrétion "voulez-vous bien ?" dit -elle mais le reste de la phrase se perd. Elle sourit. Et ajoute "N'oublions pas d'aimer , qu'en dites-vous ?". 
 
Broetto 3.jpgElle époussette sa manche et le bord divin de son chemisier d'ange. Venir voir de très près, superviser alors la mise à l'ombre de ses formes. Ses épaules deviennent mystiques dans  l'espoir de vouloir ériger des statues inédites. Il peut y avoir mille raisons pour ça et des facilités. Y aller doucement, doucement, ne pas  prendre surtout la voie rapide. prendre plutôt un train à crémaillère pour apprécier le blanc du vêtement, la bouche mordorée d'où jaillit un asthme spirituel.
 
Broetto 2.jpgAu soir se fait buveuse, souvent joyeuse et  dansant sur des titres electro-danse. Une main dans le dos, le cou cassé. Bouche pleine de genièvre(le foie s'use). Savons-nous où vont le corps et l'esprit ? S'engage-t-on pour  retoquer du tangible seyant ? Mais poursuivre en l'immense pays de celle dont les reins pourfendent l’orgueil-mâle et la déréliction.  Rejoignant le divan elle s'y assoit pour suspendre sa danse. Elle attend. Qu'importe si un homme jappe comme un pendu. A ses lèvres. Et ce pour alimenter une occupation somme toute des plus habituelles. Mais elle prend soin de disjoindre cause et effet.
 
Jean-Paul Gavard-Perret
 

Photos de Sabina Broetto

Écrire un commentaire