gruyeresuisse

31/08/2021

Sophie Bouvier Ausländer ou les mouvements cachés

Bouvier bon.jpgSophie Bouvier Ausländer, "The Financial Diaries", Galerie Heinzer-Reszler, Lausanne, du 9 septembre au 23 octobre 2021
 
Même avec du papier froissé et des bouts de ficelles Sophie Bouvier Ausländer continue à explorer des territoires inconnus ou peu abordés dans un travail radical. Ce qui peut être considéré ailleurs comme matière ou support crée des surfaces selon un humour particulier. Exit toute vision marmoréenne de l'art dont les données sont portées chez elle là où le dérisoire se transforme en signifiante beauté.
 
Bouvier.jpgS'extrayant de tout langage plastique qui met du moi en toute choses, l'artiste pour autant et même en dépit de ses matériaux ne se limite pas à un art de circonstance. Et le plus humble peut écarter toute idée de limitation. Sophie Bouvier Ausländer absorbe la réalité en refusant de se reposer en elle-même et pour ouvrir l'image à des spéculations plus ambitieuses et offrir un état critique du monde.
 
Bouvier 2.jpgD'où la présence de grilles ou de chiffonnages. Ils créent des interstices et des intermittences. Rien n'a lieu que le lieu d'étal de telles modulations. Tout reste de l'ordre de la suggestion qui pour le regardeur devient objet d'interprétation. L'espace quoique "balisé" s'ouvre. Du littéral trituré émane une poésie visuelle à travers la cohérence défaite. L'inconnu transparaît là où la perception dans une sorte de "perdre voir" (Beckett) donne l'occasion de nouvelles occurrences. Le tout dans une fantaisie où le moindre permet de recomposer - à défaut de le rêver - le monde en des traversées d'étendues qui peuvent paraître arides.
 

Jean-Paul Gavard-Perret

Les commentaires sont fermés.