gruyeresuisse

19/08/2021

Mireille Fulpius : structures poétiques pour digressions urbaines

Fulpius.jpgArt en plein air, Môtiers du 20 juin au 20 septembre 2021, "Avoir" lieu, 3 installations à Chambéry et aux Charmettes du 15 juillet au 30 octobre 2021
 
Fulpius 2.jpgDans son land-art Mireille Fulpius crée  des compositions sculpturales et des installations in situ. Auparavant, dans une ancienne forge, à Marchissy, entre Genève et Lausanne,  elle soudait d’importantes pièces métalliques géométriques. Depuis, elle a changé de lieu, de pays, de matière. Elle prépare ses oeuvres en  son atelier à Seyssel, en Haute-Savoie, dans une ancienne friche industrielle des Ateliers de la Poudrière. La franco-suisse pour transformer le bois devient   bûcheron, charpentier, architecte, designer, sculpteur, peintre, graveur. Reliée au réel dans une approche concrète elle fait de son atelier un laboratoire expérimental, S'y préparent ses installations de grande envergure en milieu naturel ou urbain. Elles sont éphémères et façonnées de façon réfléchie et ludique  en un "art constructif modulaire, libre et inventif"  écrit l'artiste.
 
Fulpius 3.jpgSon lieu de création se divise en un atelier d’art graphique avec  presse à rouleau et de l'autre un immense espace  où elle élabore ses sculptures à la tronçonneuse dans les essences de bois les plus variées : chêne, cèdre, acacia, peuplier. Progressivement les planches de pin, bambou ou épicéa sont émincées en fines et longues lanières pour être ensuite tressées, métamorphosées en compositions inattendues dans l’atelier. Quant à ses  travaux sur papier, ils  se déclinent sous la forme d’esquisses à la pierre noire sur papier coréen, d’empreintes de bois, de dessins glacés spatulés d’encre.
 
Au besoin  la sculpture devient le plus abstrait des arts.  Ses ensembles monumentaux créent des, montages capables de proposer divers types d’interactions entre l'espace et les passants. Ils sont saisis par le rythme que crée de telles "partitions" avec leurs traits  multidirectionnels, leurs effets de reliefs et comme une symbolique rattachée à la culture orientale. Cela demande sans doute un effort de reconstruction chez les regardeurs au moment où ils avancent entre formes et traces en divers types de progressions.
 

Jean-Paul Gavard-Perret

Les commentaires sont fermés.