gruyeresuisse

12/08/2021

Toi le venin : douce violence de Cornelia Parker

parker.jpgCornelia Parker, "Being and Un-being", Wilde, Bâle, septembre-octobre 2021

 
 
La machinerie désirante de l’art  joue d'étranges parties avec Cornelia Parker. Elle ne cesse de transformer la matière afin de la sublimer même par écrasement comme dans ses pièces d'argenterie en suspension afin de provoquer une élévation particulière.
 
 
 
parker2.jpgUsant au besoin de poison et contre poison ou de balles comme matière première tout devient néanmoins beau et léger. Le voyeur est rendu à ses vertiges  face à de telles équivoques. Elles ne sont pas pour alimenter son fantasme. Car l'artiste possède d'autres objectifs. Si bien que la rage et le venin ouvrent à des spectacles ni équivoques ou dérisoires.
 
parker3.jpgChaque fois une beauté précieuse est au rendez-vous. Ne s’y trousse pas du passé : un saut dans l’inconnu se produit. Soudain le dessin ou le montage oblige à un regard autre, oblique. L'artiste accepte de nous engager dans les impasses nécessaires loin des poses et des illusions d’une proximité trop vite atteinte par la perfection de tels paradoxaux accomplissements.
 

Jean-Paul Gavard-Perret

Les commentaires sont fermés.