gruyeresuisse

27/07/2021

Francis Marshall et les grotesques

Marshall.jpgLà où beaucoup tentent de créer un vide, Francis Marshall au contraire le rembourre au moyen de ses grotesques qu'Eric Coisel n'a cessés de défendre. L'artiste les engraisse, les engrosse. Ses poupées offrent une suite d'accouplements ou de repliements  qui laissent apparaître des êtres sinon mutilés du moins ligotés et parfois enfermés dans des caisses (cercueils dérisoires où ils sont exhibés), sur des bancs ou des chaises.  
 
Marshall 2.jpgCes entravés créent une émotion rare. Celle-ci transcende la pure contemplation « muséale » un peu compassée et respectueuse.  De manière brutale on comprend "de visu" ce que ça cache. A travers ce rappel nous ne sommes plus que soumis à la détresse de tels prisonniers - "nos semblables, nos frères" : nous devenons abasourdis et sonnés par le désastre que Francis Marshall fait lever.  
 
Marshall 3.jpgIl projette des terreurs sans nom  issues des scène vues ou fantasmées qui remontent de son préconscient. Mais croire que se surprendrait là le monologue d'un enfant muet qui passerait par ses poupées ne résout en rien l’énigme de l’oeuvre.  Exit le simple déballage impudique.  Ce travail est lourd d’une obsession dont l’artiste se libère par ses dessins. Sa sculpture demeure elle-même  un acte d’entrave, de contention. Toutefois elle ne se limite pas à cela. Derrière la  ligature existe  ce que la pression du lien fait surgir. Le corps gonflé à bloc sert à réparer le trauma d'une scène plus ou moins primitive, répulsive mais attirante voire attractive qui  a pu l'entraîner vers un lieu d’enfermement, d’impossible séparation. Cette scène  en multiples variations tragiques ou dérisoires d'art brut et "pauvre" fait  jaillir l'inacceptable dans une ambiguïté inépuisable.
 
Jean-Paul Gavard-Perret
 

Francis Marshall, coll. Mémoires d'Eric Coisel.

Commentaires

Prodigieuses Mémoires d'Eric Coisel le magnifique ! Art brut et " pauvre " qui devient fin , délicat , riche d'émotions quand JPGP l'analyse au passé empiété .

Écrit par : Villeneuve | 27/07/2021

Les commentaires sont fermés.