gruyeresuisse

07/07/2021

"Couleurs de mon rêve" : contre toutes les attentes

Levy 3.jpg"Couleurs de mon rêve", Amina Benbouchta, M’barek Bouhchichi, Ekene Emeka-Maduka, Longinos Nagila & Alexis Peskin, Galerie Fabienne Levy, Lausanne, été 2021.
 
Le titre «Couleurs de mon rêve» choisi par la curatrice Kami Gahiga est choisi afin de souligner la diversité d'approches d'artistes africains. L'exposition ne prétend  donc pas généraliser une idée de l'art africain. Il n'existe pas plus que l'art européen ou américain. Chaque créateur propose son propre monde. Et la curatrice de mettre les points sur les i :" pour cette exposition, j’ai choisi des artistes qui, avant de partager un lien natif avec le continent africain, ont tous un regard qui nous apporte quelque chose". 
 
Levy.jpgIls sont 5 à porter  moins  les couleurs de l'Afrique qu'une utopie.  Entre autres à travers stèles  impressionnantes  du Marocain M’barek Bouhchichi. Ceui-ci crée un univers fascinant et qui arrache d'emblée toute idée arrêtée sur le continent. Il en va de même avec Nigérienne Ekene Emeka Maduka lancée dans une quête percutante du soi. Il en va de même avec la métrique du pliage du Kenyan Longinos Nagila. Se découvre chez tous ces créateurs arrimés à un idéal, le souci de perfection, de précision et de savoir faire. 
 
Levy 2 bon,.jpgDe telles œuvres d’art sont tout sauf bricolées même si souvent  beaucoup de critiques aiment rattacher les ambitions des sud à une esthétique du rafistolage.  Ces cinq célébrations plastiques donnent le jour à des rituels poétiques totalement décalés qui prennent à revers la représentation du monde  et la perception du spectateur.   Le but recherché par la curatrice et la galeriste est de cesser de laisser croire en la vérité des évidences  par des « évidements » chers à Georges Didi-Hubermann et des glissements entre l’imaginaire et la réalité. Les cinq artistes savent que pour embrasser le cœur des choses il faut passer par la périphérie. L’intégrité de leur travail oblige au refus du fantasme de type vériste afin que sourdent d’une fantasmagorie, géométrique ou non, des sensations énigmatiques.
 

Jean-Paul Gavard-Perret

Commentaires

L'ensemble des cinq célébrations est une fort belle élévation spirituelle malgré
un travail précis et rationnel . JPGP a toujours la bonne idée .

Écrit par : Villeneuve | 07/07/2021

Les commentaires sont fermés.