gruyeresuisse

28/06/2021

Olafur Eliasson à la fondation Beyeler : l'oeuvre au large

Eliasson  1.jpgLorsque Sam Keller, le directeur de la Fondation Beyeler et Olafur Eliasson ont parlé pour la première fois de l’exposition, l'artiste a pensé :  "Pourquoi n’invitons-nous pas tout le monde au spectacle ? Invitons la planète – les plantes et diverses espèces." Car l'artiste depuis  début des années 1990, s’intéresse à la perception et aux conditions cognitives et culturelles qui la façonnent. Pour lui la vie  commence par une rencontre active avec elle et sa perception.
 
Eliasson.jpgDès lors l'exposition présente un modèle pour un paysage futur. C’est hospitalier. Le plasticien a décidé d’enlever les limites structurelles qui empêchent l’extérieur de l’institution. Et Renzo Piano, qui a construit le musée, a autorisé le  créateur à retirer la façade vitrée du bâtiment. L’exposition reste donc en constante transformation, et quiconque visite le parc entourant la Fondation Beyeler à Bâle peut voir l’œuvre au fur et à mesure de son développement.
 
Eliasson 3.jpgAvec un tel lieu  Olafur Eliasson a laissé échapper le contrôle de l’œuvre d’art en la livrant aux visiteurs humains et non humains, aux plantes, aux micro-organismes, à la météo, au climat - beaucoup de ces éléments que les musées travaillent généralement très dur pour empêcher leur envahissement. Au lieu de cela, l'artiste accueille tous et tout. Il a choisi de ne pas offrir un texte explicatif pour accompagner l’œuvre, car dit-il "Il est important pour moi de ne pas partager une perspective finie sur « Life ». Aux visiteurs d'apporter leurs attentes, souvenirs, pensées et émotions.
 
Jean-Paul Gavard-Perret
 
Olafur Eliasson, « Life », Fondation Beyeler, Bâle jusqu'en juillet 2021.

Les commentaires sont fermés.