gruyeresuisse

02/06/2021

Ouvroir d'insanités très potentielles : Ursula Knobel

Knobel.jpgLes élues et leurs compères d'Ursula Knobel créent un  bestiaire acidulé. Nous comprenons très vite que parmi ces drôles de zèbres, des dodues ou des maigrichonnes optent pour l’assomption de leur mont de Vénus afin de prendre leur pied. Elles veulent enfin pousser la note bleue que Freud prit pour l’apanage des hystériques. Ursula Knobel  est plus lucide : ses personnages les plus masculins et velus sont capables de mêmes contre-uts. Notons au passage que l'artiste les met souvent en marche et en quête de masseuses perverses pour qu'ils puissent se refaire une santé aussi bien mentale que charnelle.
 
Knobel 2.jpgDans chaque aquarelle, côté mercure, la température est au plus haut. Si bien que l'on peut se demander si l'artiste - pour sa technique - n'utilise pas de l'eau bouillante plutôt que de l'eau bénie de fonds baptismaux. Ici les messes sont câlines. C'est pourquoi il est demandé aux amateurs de romantisme de passer outre.  Les créatures dépotent un maximum. Et pour ses portraits hirsutes et souvent riches en pilosité l'artiste savonne la planche où ils glissent afin d’aller d’un lit de stupre à une autre de fornication. Qu'ils soient gigolos ou belles de cas d'X n'a que peu d'importance.
 
Knobel 3.jpgReste une collection drolatique de satrapes plutôt que de trappistes. S'y découvre une strip-teaseuse de la barre pour peu qu’elle ne soit pas oblique.  Et ses glandes mammaires deviennent des pétards affriolants.  Bref le régal est à chaque dessin. Si bien que sur les racines grecques et chrétiennes de l'art poussent des rhizomes imprévus là où l'ange cultive la bête et la seconde le diable dans ces facéties premières et altières.
 

Jean-Paul Gavard-Perret

Les commentaires sont fermés.