gruyeresuisse

24/05/2021

Cas du K : Thomas Hauri

Hauri.jpgThomas Hauri, "K." - EAC (leshalles) Porrentruy  Juin 2021
 
Selon une poésie des structures et de la matière, Thomas Hauri instruit  les diverses strates d'infra-mémoires personnelles ou collectives. Il  sait faire jaillir de ses oeuvres des structures plastiques labyrinthiques  par divers type de reprises là où les poncifs du hasard sont révoqués et là où la psyché se voit condamnée à une aimable défaite.
 
Hauri 2.jpgTout se fonde superbement sur le vide  traité par coupes sombres entre dérisoire et sérieux. L’artiste propose en conséquence une poétique de l’architecture d'un certain abandon continuellement repris. S’y déploient l’usage et l’usure de l’art armé d'accumulations de signifiants par codicilles de matières selon divers flux.
 
Hauri 3.jpgAu sein d'une complexité Thomas Hauri engage divers processus d’effacement et d’oblitération des images. Disjonctions incluses. Une science aiguë des possibles rejoint une décomposition. Se crée la poursuite de l’informe ou de l’informulé. Et un moyen d’abolir le réel. Beaucoup d’artistes sont trop polis ou frileux pour aller jusque-là. Ils restent dans un abstrait qui n’est pas celui de Hauri. Il est plutôt question d’atteindre l’épuisement non de l’objet mais de le pousser plus loin.
 

Jean-Paul Gavard-Perret

Les commentaires sont fermés.