gruyeresuisse

07/04/2021

Annemarie Schwarzenbach : une Rimbaud photograpique

Schwarze 2.jpgAnnemarie Schwarzenbach, "Départ sans destination", Zentrum Paul Klee, Berne, jusqu’au 9 mai 2021
 
Attentive aux inégalités sociales, aux mouvements syndicaux, aux effets de l’industrialisation, Annemarie Schwarzenbach issue d’une riche famille d’extrême-droite, entre très vite en conflit avec son milieu. Révoltée, doté d'une intelligence hors du commun,  belle, lesbienne, téméraire, accro à la morphine en quelques années d'une vie trop brève elle parcourt des dizaines de milliers de kilomètres. Après des études d’histoire à Zurich et Paris, après une immersion dans la diaspora littéraire allemande, elle prend la route ou la fuite.
 
schwarz.jpgElle publie ses récits de voyage en photos ou rédactionnels dans plusieurs magazines suisses. Et ce entre deux pôles : les conséquences de la crise de1929 et l'arrivée de la Seconde Guerre Mondiale qu'elle annonce en ses propos et images. Annemarie Schwarzenbach aura traversé le monde : de l'Afrique à l’Afghanistan, de l'URSS aux USA.  Elle voyage avec Ella Maillart, Marianne Breslauer ou Erika Mann et reste une des premières à  s’élever contre le national-socialisme.
 
Schwarze.jpgSes photos  en noir et blanc et parfaitement cadrées  soulignent sa vision désespérée du monde. Les prises sont certes avant tout documentaires mais la fascination qu'elles provoquent vient du regard porté sur le monde et qui aborde l’identité sexuelle, la condition féminines, le nationaliste, le populisme voire la globalisation. Toujours soumise au besoin  d’un "départ sans destination" qui tient d'une forme d'errance, elle fit preuve d'un sens aigu de ce qu'elle voit.  “J’étais libre de choisir ! J’aurais dû savoir où mènent les chemins de ma liberté" écrivit celle qui fit de sa vie en existence ausi brève que libre.
 
Jean-Paul Gavard-Perret

Les commentaires sont fermés.