gruyeresuisse

02/03/2021

David Malek et la distillation des quintessences

Malek.jpgNé à Springfield, Illinois, David Malek est installé en France depuis 2012.  Il vit et travaille à Poitiers depuis 2016. Il est  de nouveau présent à Genève où il présente la suite de ses recherches visuelles autour de formes unitaires sur fond monochrome.  Les motifs et les couleurs sont extraits de sa mémoire d’un environnement visuel quotidien, en particulier des architectures et des phénomènes lumineux.
 
Malek 2.jpgMais l'artiste s’inspire également du monde des écrans, comme par exemple le graphisme que l’on voit dans les applications numériques et sur Youtube  comme dans les films de science-fiction  où la lumière et la couleur jouent un rôle important. Celle-ci pour lui n'est pas là pour définir du motif. Elle est elle-même motif. Et la peinture devient une machine à transcrire des expériences émotionnelles.  
 
Malek 3.jpgD'une certaine manière l'art devient une sorte de science ou d'archangélisme scientifique avec ses formes géométriques tracées à la peinture aluminium sur un fond noir mat. Cela pourrait être la représentation de l’idée que l’on se fait de l’abstraction donc une sorte de cosa mentale au carré.  Mais  cette entreprise de réduction ou de focalisation de la composition va plus loin puisque dans cette quintessence c'est l'émotion qui demeure en joue,  physiquement mais sans doute métaphysiquement.
 
 
Jean-Paul Gavard-Perret
 
Galerie Joy de Rouvre, Genève, mars 2021.

Les commentaires sont fermés.