gruyeresuisse

01/03/2021

Yannick Bonvin Rey :  extension du paysage

Bonvin bon.jpgYannick Bonvin Rey, "Bruissements", Galerie Marianne Brand, Genève, du 6 mars au 26 mars 2021
 
Bonvin 3.jpgYannick Bonvin Rey s’intéresse à la notion de lieu et de territoire. Mais selon un axe particulier :  le lieu réel est transformé en  un lieu rêvé. Il est ainsi décentré de son socle et il se découpe selon un autre espace. On pourrait penser d'abord que des oeuvres ne demeurent que des éléments ou pièces. Mais ces dernières ne sont rapportées mais situées dans une perspective plus générale en figures mégalithiques ou tables mouvantes.

Bonvin 2.jpgTout une mise en abîme met le paysage "à l’autre bout des yeux" et lui donne une   essence ineffable. L'artiste le tire des sépulcres du réel pour le retrouver et le réviser afin qu'il avance en toute pureté sans béquille ou carapace. La peinture mord les apparences pour ouvrir à un traitement où une forme d'abstraction crée une traction particulière.

Bnvin 5.jpgLa surface crée une écume particulière là où l'art n'a plus pour but  la distraction mais la confrontation. Il faut l’affronter dans le blanc de la toile où se trame une survivance qui vient  se porter en faux contre la dévastation. Bonvin-Rey propose en quelque sorte un contre-territoire. Et si pour le créateur toutes les ombres attirent dans leurs bras, l’art ne se contente pas de constater ses dégâts.  La couleur  - s'estompant quelque peu - laisse en présence d'une trame.  Il y a là une errance et une expérience : celles de rester non devant l’œuvre mais dedans.
 
Jean-Paul Gavard-Perret

Les commentaires sont fermés.