gruyeresuisse

17/02/2021

Paul-Armand Gette : ce que "ça" cache

Gette.jpgPaul Armand Gette en sait beaucoup sur la bêtise des censeurs qui en art (et pas seulement) privent les femmes de leur sexe.  Celui proposé par Houdon fut estimé trop naturaliste, donc rebouché et comblé par des tiges de bronze en réponse au système des monothéismes qui ne cessent de réduire les femmes en les culpabilisant.
 
Gette 2.jpgCertes les voyeurs affectent d'apprécier la beauté du corps des sylphides, mais leur sexe de même que ses menstrues restent des signes d'impureté et à ce titre suspendus et cachés. L'artiste a monté toute son oeuvre comme - écrit-il - "protestation contre ces idées et un appel à la liberté".  Si bien que ce livre est d'abord un hommage envers les artistes qui ont bravé cet interdit de Houdon à Rodin, de Courbet à Duchamp.
 
Gette 3.jpgMais il est aussi l'histoire du suspens d'un tel sinistre. Le tout en cherchant à faire sourire mais en rappelant surtout que les femmes ne peuvent être réduites à leur sexe. Toutefois il convient de leur redonner ce que les religions leur ont confisqué. Que ces dessins ne soient pas encadrés n'a rien de fortuit.  Ils demeurent suspendus à un fil. Celui-ci assure un "string" déplacé aux peintures "pariétales"  qui rappellent ce qui fut jusque là trop occultée et que Paul-Armand Gette fait bouger.
 
Jean-Paul Gavard-Perret
 
Paul-Armand Gette, "Dessins suspendus", Al Dante coll. "Sauvage; Presses du réel, Paris.

Écrire un commentaire