gruyeresuisse

15/02/2021

Les démons de Vénus - Ana Tot

Tot.jpgAna Tot fait une fois de plus  preuve de la pertinence et d’impertinence. Poissons et crustacés - à savoir hommes lubriques et femmes présumées légères - peuplent son livre.  Spécialiste des variations linguistiques désopilantes elle sait toujours tomber sur des carapaces et des os de seiches  où il y a quelque chose à ronger.   Par ses glossolalies et glissements de sens elle retourne, étire, tord, triture l'éros. Et fait avec la moindre ablette un biopic de princesse.
 
Tot bon.jpgAmants et amantes à la petite semaine sont capables des flammes de l'enfer en des raies alitées. Nul ne peut s’empêcher soudain de songer à un bouleversement prodigieux des données immédiates de l'amour romantique. Les partenaires tiquent rarement mais cultivent les tactiques propices aux renversements tectoniques. La poétesse ose dire ce qu’on ne saurait voir. Sa réflexion dépoitraille les corps. Ils sont  en lévitation par déviations, trouées, ouvertures et percussions (phoniques mais pas seulement). Les ladies sont aussi "Gaga" que "Di" dans leur déplacement de cuicuisses et le mouvement des mâchoires. Déchiffrage et mastication vont de pair en ce livre qui porte si bien son nom tout en rejoignant le mouvement "Panique" d'Arrabal.
 
Tot 3.jpgIl y a là l’énumération de vitamines, d’oligo-éléments et de sels minéraux orgasmiques afin que les corps deviennent des vaisseaux spatiaux avec missiles incorporés. Du moins pour un temps - mais uniquement pour lui - que chacun espère respectable.  Surgissent bien des succès damnés et de sacrés chantiers sur lesquels chacun n'a qu'une envie : se remettre à l'ouvrage. La langue à l'image des corps y va de toute sa pulsion. La vie devient une fête. Chacun et chacune sont mis en trope. Il suffit d'être géomètre de certaines asymptotes. La flûte enchantée ne connaît pas la clémence. Elle fait flèche des Vénus aux mille hauts qu'il s'agit de défaire dans une agitation de grelots.
 
Jean-Paul Gavard-Perret
 

Ana Tot, "Nique", Louis Bottu, Mugnon, février 2021, 198 p., 15 E..

Les commentaires sont fermés.