gruyeresuisse

25/12/2020

Thomas Vinau : le cave se rebiffe

Vinau.jpgThomas Vinau nous laisse glisser dans une douce jouissance farcesque là où pourtant la dimension de catastrophe est loin d'être ectoplasmique.  Le sombre héros du livre n'a rien de dionysiaque  et c'est peut dire. Il vit ce qu'il estime ses derniers temps selon des spéculations hasardeuses mais  tout autant possible  depuis l'abîme de sa cave et de ses souvenirs. 

 Vinau 2.pngNéanmoins Thomas Vinau ne cherche pas à instiller chez le lecteur la peur que son sombre héros éprouve. Il préfère s'amuser, étonner, troubler et faire rire dans cette parodie qui mêle l'apocalypse  pour demain (au plus tard) et la difficulté de se réchauffer "les arpions". 

Vinau 3.jpgN'est-ce pas,  en se préoccupant d'eux - qu'ils aient les ongles incarnés ou non -, le moyen de déminer une situation paroxysmique et faire qu'en une fiesta loufoque se pratiquent des gestes barrières aussi vains qu'inutiles  ? Thomas Vinau en ses spéculations romanesques propose donc les aventures autour d'une cave-chambre dignes d'un Xavier de Maistre - en plus fantaisiste : ici  le cave se rebiffe. Enfin presque.

Jean-Paul Gavard-Perret

Thomas Vinau, "Fin de saison", Gallimard, Paris, 2020, 192 pages, 16 €.

 

Les commentaires sont fermés.