gruyeresuisse

06/12/2020

Peter Regli des "lieux communs" à un impensé collectif

Peter Regli, "Ugly was yesterday", Galerie Laurence Bernard, Genève, duRegli.jpg 31 octobre 2029 au 16 janvier 2021.

 

De dimensions généreuses et de teintes vives, les nouveaux bols en grès de Regli transforment les récipients fonctionnels en sculptures. Et ses peintures de nature morte (mais pas seulement) sous effet de réalisme font jaillir toute une vérité cachée et ce dans un travail qui débuta dans les années 90.

Regli 3.jpgLa nature morte est pour lui une contrée à explorer, une étendue à parcourir. Ici la nécessité de rompre semble garder l’expression d’un attachement à une représentation classique. Mais ne nous y trompons pas. L’artiste bannit les ressources naïves du langage plastique de reproduction et les détourne de ses fins dites spontanées pour se livrer au culte exclusif de l’intention subversive, du piège, de la machination.

 

Regli 2.jpgUne fois admis que la valeur expressive et significative du langage plastique repose sur une illusion, il s'agit pour lui de l’analyser attentivement et d'en faire jaillir de multiples dimensions. Affirmant qu’une démarche plastique authentique se refuse à l’arbitraire  l'auteur ne fait nullement référence à la quête de l’image "juste" (ou réaliste) mais de l’interroger en ses différentes significations et sa qualité plastique. Cela procède du constat de l’irréductibilité de l’image à la seule fonction d’expression, de communication qu’on lui attribue.

Jean-Paul Gavard-Perret

Les commentaires sont fermés.