gruyeresuisse

04/12/2020

Jérôme Stettler : Hue Topie !

Stetter 3 bon.jpgJérôme Stettler, "Topia. Un voyage dessiné", Graphisme photolitographie de Claire Goodyear, coll. Sonar, art&fiction, Lausanne, 2020, 160 p., CHF 27.

 

Jérôme Stettler s’intéresse principalement à la construction d’espaces imaginaires au moyen de projections, d’objets, de peintures, etc. Se développent de la sorte des bribes d’histoires entre un présent en constante métamorphose et un futur incertain mais où un passé quasiment préhistorique n'est pas oublié : des rochers deviennent des voiliers et qui de leur socle se moquent des rares étendues aquatiques.

Stetter 2.jpgLe dessin prend une  place majeure dans sa pratique, présenté tour à tour au mur ou dans l’espace du livre. En celui-ci, celui-là ressemble à une série de notes visuelles prises lors de divagations selon des temps obliques. S'y traverse une topographie des plus dystopiques et qui ressemblent aussi aux  paysages désertiques  de fins de parties à la Beckett.

 

 

Stetter.jpgEntre ellipse et errance les dessins deviennent "tout ce qui reste" mais aussi une sorte d'advenir d'un monde pas forcément rassurant. Néanmoins la merveille garde sa juste part entre le proche et le lointain là où toutes les peurs contemporaines de catastrophes et de fin des temps sont induites. Mais dans ce déjà au-delà,  jaillissent de nouvelles formes de vie avec  lesquelles va falloir apprendre à pactiser.

Jean-Paul Gavard-Perret

Les commentaires sont fermés.