gruyeresuisse

11/11/2020

Les profondeurs de champ d'Eliane Gervasoni

Gervasoni.pngNée à Bâle, Eliane Gervasoni vit et travaille à Lausanne. Formée à la gravure en Suisse et au Royaume Uni, l’artiste s’est éloignée progressivement des techniques de gravure traditionnelles  pour des travaux plus expérimentaux en s’inspirant des écrits de John Cage sur le Silence, de Louis Kahn pour la lumière et de l’univers de Sol Lewitt pour les structures .

 

 

Gervasoni 2.pngDe ses estampes émanent "une architecture du silence, une géométrie de la lumière et une scansion rythmique de subtiles déclinaisons sérielles minimales". La créatrice y poursuit l’exploration de formes géométriques par des lignes dessinées à l’encre blanche sur papier noir. En surgit un trouble étrange par  effets de leurre et de déplacement du déplacement.

Gervasoni 3.pngLes tapis, estampes, dessins sont là pour approfondir la mémoire de la forme en subtiles déclinaisons sérielles où tout joue entre le vide et le plein, le rythme et le silence. Dans sa série "Rugs" le dessin  déploie divers jeux de formes en tant que "miroir des émotions" comme le précise l'artiste. Les  transposant sur un tapis - parfois doux et ronds, parfois asymétriques - elle piège le regard en donnant à la figuration 2D une impression de volume. Si bien qu'on ne traverse pas un tapis : on l'escalade. Et c'est forcément ludique et jouissif  entre autres pour les effets d'optiques et leurs vibrations.

Jean-Paul Gavard-Perret

Eliane Gervasoni,  "Dessins et estampes". Estampes contemporaines de la série "Perception of possibilities "et des dessins à l'encre blanche sur papier noir. Chic Cham, Lausanne jusqu'à fin décembre 2020.

Les commentaires sont fermés.