gruyeresuisse

20/10/2020

Chiara Fumai à Genève : transmission de sa postérité

Fumai bon.pngChiara Fumai, "Poems I will Never Release, 2007-2017", Centre d'Art Contemporain, Genève du 4 novembre 2020 au 31 janvier 2021.

Le Centre d’Art Contemporain de Genève propose la première rétrospective consacrée à l’œuvre de Chiara Fumai 1978 - 2017). La créatrice a fortement contribué à développer les langages de la performance et de l’esthétique féministe du XXe et XXIe siècle. L'exposition scénarise une sélection importante d’œuvres  qui les concrétisent même si les performances sont à priori insaissables puisqu'elle refusa de les documenter.

Fumai 2.pngL'ensemble présente entre autres deux des espaces domestiques qui ont marqué la carrière de Chiara Fumai et son invention d'espace d’insurrection féministe  : un "freak show " et une maison-musée de l’appartement milanais où l’artiste a vécu. Et ce avec sélection de vêtements de scène, d’accessoires, de livres et de disques vinyles. Chiara Fumai s’est appropriée les champs sémantiques de la menace, de la révolte, de la violence et de l’ennui pour créer des situations, des collages et des environnements volontairement inconfortables, complétés par différentes actions pour défendre son féminisme anarchiste.

Fumai 3.pngRefusant de jouer le rôle de victime et de se laisser enfermer dans le statut d’artiste femme, elle a pratiqué l'ironie au sein d’une "fiction véritable" forgée sur des remix, des réappropriations en ses performances qui évoquent des figures féminines en colère et qui marquèrent l’histoire humaine dont elles furent néanmoins les oubliées... Apparaissent, entre autres,  la femme à barbe Annie Jones attraction de Barnum, "la beauté circassienne" Zalumma Agra, elle aussi offerte aux regards dans ce cirque, la terroriste allemande Ulrike Meinhof, la médium analphabète Eusapia Palladino ou encore la philosophe Rosa Luxembourg. Mais surgissent aussi des magiciens masculins : Harry Houdini ou Nico Fumai, le premier personnage de fiction inventé par Chiara. Elle a toujours mis en exergue mots et images des autres pour leur redonner l'intérêt qu'ils méritent même si elles et ils furent effacés de la mémoire collective.

Jean-Paul Gavard-Perret

Les commentaires sont fermés.