gruyeresuisse

13/10/2020

Nicole Miescher : l'ici-même et le hors là.

Miescher.jpgNicole Miescher "Recent works", Galerie Gisèle Linder, Bale, du 31 octobre 2020 au 20 janvier 2021.

L'artiste et photographe bâloise Nicole Miescher a été remarquée par sa traversée de la Sibérie dans les années 90 après la fin de l'Union Soviétique. Elle donna - à travers ses images - ses propres observations et impressions à la recherche de l’image-mère celle qui demeure là, et non pas au-delà. Elle donne l’énergie au regard au nom d’une évidence là où en découvrant l’image le regardeur tombe dans un trou face à une muraille de l'ici-même et le hors là.

Miescher 2.pngTout son travail part de cette première étape de préhension du réel et se retrouve dans ses oeuvres récentes aux paysages vides, abandonnés qui donnent l'impression de traverser les "terres blessées" chères à Dostoïevski. Il n'existe dans ses prises peu d'espace pour des caps de bonnes espérances. Le langage de Nicole Miescher est très personnel et facilement reconnaissable. Au delà de l'aspect documentaire (qui devient presque anecdotique) jaillit une poétique de la fragilité et de la vulnérabilité.

mieschler 3.pngTout dans la "ruine" prend une valeur d'éternité en un travail de résistance. La hantise des lieux jaillit. Le paysage est donc toujours un entre deux états. Ce qu’il contient est souvent de l’ordre du vestige ou de l’emprise en déliquescence. La nature parfois retrouve ses droits au sein d’un univers plus ou moins sauvage. Les œuvres parfois presque joyeusement absurdes ou doucement mélancoliques génèrent avant tout une médiation sur les lieux, le temps et l'existence.

Jean-Paul Gavard-Perret

Écrire un commentaire