gruyeresuisse

29/09/2020

Stefanie Renoma et les jardins des délices

Renoma.jpgL'érotisme devient pour Stefanie Renoma l'isolant exceptionnel pour mettre un leurre dans le réel. C'est pour elle une manière de faire espérer quelque chose qui pourrait apparaître - ou non. Pour cela elle choisit modèles féminins et masculins propres à générer une beauté voluptueuse qui fait de ce livre un journal en image ou se mêlent propositions pour des commandes publicitaires, séances de shooting qui deviennent une critique des standards de représentation par le traitement de ses prises.

Renoma 2.jpgStefanie Renoma est devenue une portraitiste reconnue internationalement. Elle y renouvelle entre autres la photographie de mode. Ses modèles (dont elle-même) semblent parfois des égéries mais aussi des égaré(e)s propres à usiner bien des fantasmes mais juste en deça d'une limite infranchissable maissuggérée. Dans les supplices solaires des spotlights l’idée de la femme ou de l'homme devient l'image pieuse d'un ordre sublimé de manière charnelle.

Renoma 3.jpgL’artiste scénarise avec précision non seulement la modèle mais le contexte où son image va prendre corps. D’où de piquantes alchimies d'où jaillissent pics et vallées de l’onirisme. Le désir s'envisage et se dévisage là où les mannequins deviennent à diverses variétés de fleurs. Il y à là des brebis non innocentes et égarées juste ce qu'il faut dans un champ d’émeraude et surtout des Lilith qui se lèvent dans des alcôves égrainant leurs syllabes plastiques pour illuminer les gueux. La maison de l'être des premières reste une forteresse. Les ogres et ogresses n’y sont reçus que s'ils font pattes de velours. Et encore... Regarder n'est pas toucher.

Jean-Paul Gavard-Perret

Stefanie Renoma, "Remember Your Future", Normal Editions, 2020, 300 p.

Les commentaires sont fermés.