gruyeresuisse

25/09/2020

Yvan Salomone : l'étrange objet de la représentation

Salom.jpgYvan Salomone, "Objection, "galerie Sonia Zannettacci, Genève, du 24 septembre au 21 novembre 2020.

Depuis 1991 Yvan Salomone peint à l’aquarelle, semaine après semaine, des œuvres au format immuable de 105 x 145 cm. Il peint des paysages industriels et portuaires, des zones désertées aux couleurs invraisemblables et inattendues. L'aquarelle crée une émotion là où semble abolie toute notion de temps et de réalité même si elle demeure néanmoins coruscante.

Ces œuvres sont à la fois hors du temps et dedans. Une succession de signes et indices se découpent là où quelque chose d'invisible reste en jeu. Salom 2.jpg

C'est une manière de croire qu'il est possible de faire de la vie avec la peinture quel qu'en soit le sujet. Et la transformer en objet de résistance muette mais qui s'adresse aux sens par son sens.

Le futur de l'image est interrogé là où même un cadavre est présent. Chaque oeuvre devient une expérience où se fait l'essai de quelque chose dont nous ne connaissons pas la teneur. Reste un vide paradoxal qui produit une méditation au sein d'une vie sans âge, presque banalisée mais qui s'anime d'un paradoxal régime de présence où le cumul peut être tenu à la fois pour nul mais aussi comme une évidence.

Jean-Paul Gavard-Perret.

Les commentaires sont fermés.