gruyeresuisse

23/09/2020

Martial Leiter : dérives du paysage

Leiter.pngMartial Leiter, "Travelling / Dessins", Galerie LIGNEtreize, Genève-Carouge, 26 septembreau 16 octobre 2020.

Martial Leiter a débuté son oeuvre comme dessinateur de presse dans divers journaux suisses ("Le Temps", "Die Neue Zürcher Zeitung" , etc.) puis à l'étranger ("Die Zeit", "Le Monde" entre autres). Mais il se consacre également à un art plus personnel par le dessin puis la peinture. La galerie LIGNEtreize propose une suite de dessins à l'encre et fusain. Le paysage s'y dérobe. Il transite par ce que l'artiste décale.

Leiter 2.pngDe tels dessins comme le léopard ne se déplacent pas sans leurs taches. Ce sont aussi des points de capiton de nouveaux paysages ou d'histoires. Leur noir est la lumière brodée à l’encre. Le dessin semble une écriture qui méprise en partie la forme afin de la laisser dériver pour perdre pied. Une telle oeuvre ne raconte pas : elle propose un glissement d’après nature et dont Martial Leiter "imagine" l’âme dans de "faux" traits pour retirer "du" paysage afin qu'il soit plus prégnant.

Leiter 3.pngCe qui - a priori - n’a pas d’affect en possède soudain beaucoup même si le paysage tente de résister et se cambre. Le dessin est à la recherche de son lieu. Là où il n'est jamais allé. Où la neige est encore vierge mais noire. Il y a un autre coté du regard qui l'efface et le remplit. Existe donc l'autre coté de ce qui est vu. L’œil arrive à toucher des modulations entre le plein et le vide. La couleur se retire pour créer un nouvel espace épuré et diffracté.  Par ce "négatif" le dessin se laisse envahir d'un manque. Il devient son vertige.

Jean-Paul Gavard-Perret

Commentaires

Très bel artiste et très bel article.

Écrit par : Blandine du Parc | 23/09/2020

Très bel artiste et très bel article.

Écrit par : Blandine du Parc | 23/09/2020

Les commentaires sont fermés.