gruyeresuisse

23/08/2020

Hala Ezzedine à Chêne Bourg

Kazma.pngHala Ezzedine est une artiste libanaise. Aînée d’une famille de neuf enfants dans les montagnes libanaises, elle dessine, peint puis enseigne l'art aux enfants réfugiés syriens dans son village. Pendant des années, elle fait le trajet de ce lieu jusqu'à à Beyrouth (3 heures de bus par trajet), pour y aller peindre encouragée par Saleh Barakat grand défenseur des jeunes artistes. Il lui permet de présenter sa première exposition. Elle a depuis elle a reçu plusieurs prix dans son pays.

Hala.pngLui est proposée une résidence à Genève chez Analix Forever, la galerie de Barbara Polla qui privilégie les collaborations avec de nombreux acteurs du monde de l’art. Partagée entre son amour pour une ville qui lui a tout donné et le besoin de se protéger, Hala Ezzeddine va quitter pour la première fois les frontières de la mort : "Ce n’est pas tant la peur de mourir qui me pousse à partir, mais la peur de m’assombrir encore plus. J’aime Beyrouth, et lorsque, le lendemain de l’explosion, je suis montée visiter mes parents, il me tardait d’être à nouveau au cœur de ma ville qui saignait ; impossible de faire taire ce qui hurlait en moi, comme s’il me fallait souffrir avec les souffrances des autres. Mais en même temps, tout ce que j’avais vécu remontait à la surface. » ecrit-elle.

Hala 2.pngL’Ambassade Suisse à Beyrouth lui a permis d'obtenir un visa. Elle est recommandée par son ami Rahman Katamani. "L'atelier AMI" à Chêne Bourg, lié à la galerie Analix Forever,  lui ouvre ses portes. Parmi les dessins, réalisés à la mine de plomb qu'elle a ramené du Liban, a des portraits de ses élèves. Ils parlent de l'innocence et l'enfance et de la violence qui l'entoure. Il s'agit de regagner du terrain, là où la cruauté et l'indigence politique ont tout détruit et où le poids du réel est trop important. Le dessin tente de s'introduitre dans les brèches de la catastrophe. Avec l’espoir "ultramince" - dit la créatrice - de donner, comme tous les artistes de l'exposition, une issue au marasme via des récits de hantise pour offrir un accent plus fort à la volonté de témoigner.

Jean-Paul Gavard-Perret

Hala Ezzedine, Atelier AMI, galerie Analix Forever, Chêne Bourg, en résidence jusqu'au 2 octobre 2020.

 

 

 

 

Hala Ezzedine, "Women at Work", Atelier et galerie AMI, Chêne Bourg, septembre 2020.

Les commentaires sont fermés.