gruyeresuisse

05/08/2020

Histoire Ceinte

Tristan à remplacer.jpgM'attachant à la doctrine des trismégistes je fais d'elle ma manuelle de félixité. D'autant qu'on la dit prophétesse. De celles qui poussent les véganes à manger des viandes sacrifiées aux idoles dont Claude François ne fut pas le moindre.

Afin de m'accepter comme dernier du culte et plutôt que de me jeter à la fosse aux ours ou sur un lit de dés tresses elle me laissa du temps pour me repentir de toutes les fautes que je n'ai jamais commises. Si bien qu'en moins de deux minutes, descendant de son arbre de sapience, elle me lança "tu peux plier".

Sachant combien elle sondait les reins et les coeurs j'obtempérai et nous partîmes à Ephèse - moins de cent en partant et plus de mille en y parvenant - non sans être passé par Fez eu égard à un malentendu quant au nom de la ville. Aussitôt arrivés nous mangeâmes puisqu'Ondine à onze heures. Elle m'accorda le droit de m'asseoir à ses cotés en respectant un minumum de rituel cher aux chrétiens du 1er siècle .

Elle me voulut fiancé sans que je susse quelle agnelle m'était dévolu. Il faut dire qu'en l'église nouvelle il y avait bien des fatras dans ses canons. C'est seulement près d'un millénaire plus tard qu'un éudit calabrais nommé J. De Florette mit un peu d'ordre là où bien des agités du bocal en faisaient à leur aise dans l'ésotérisme secoué de mouvements browniens.

Telle une étoile filante elle fit tomber le feu du ciel. Mais en moins de trois heures je repris haleine fraîche et je la servis avec un vrai zèle. Je lui fis tout le bien que je devais lui accorder et ce qui reste à faire je l'accomplirai encore mieux.

Jean-Paul Gavard-Perret

(Dessin de Tristan Félix)

Les commentaires sont fermés.