gruyeresuisse

24/07/2020

Jocelyn Lee et les baigneuses

Jocelyn Lee.jpgAvec "Night Swimming at Quansoo", Jocelyn Lee  explore comment les corps sont enchevêtrés dans un monde éphémère en constante évolution. Les compositions photographiques évoquent un renouveau avec la nature et le monde extérieur. Mais celle qui travaille dans le Maine suggère un nouveau sentiment d’isolement et de malaise dans la société.

Plutôt que de s'en ouvrir directement elle passe par des instances idylliques. L'apaisement semble règner. Mais il ne faut pas s'y tromper. Les femmes errent. Aucun de leurs pieds sait. Et les corps nus peuvent se couvrir au froid non du cosmos mais de la terre sacrifiée. C'est un retour au début, à l'histoire d'eau dans l’acharnement des muscles au défi de la surfaces où le ciel soliloque.

Jean-Paul Gavard-Perret

Jocelyn Lee, "Night Swimming at Quansoo", Huxley-Parlour, londres, été 2020.

20:31 Publié dans Femmes, Images | Lien permanent | Commentaires (0)

Écrire un commentaire