gruyeresuisse

18/06/2020

Catherine Bolle l'indispensable

Bolle.jpgCatherine Bolle, « en duplex » : Les dilet tantes - sion du 20 juin au 15 aout 2020, Zone 30 - sierre du 30 juin au 29 aout 2020.

Contre les mondes et les oeuvres fermées, passant de la création plastique à l'écriture Catherine Bolle poursuit une des oeuvres les plus originales et profondes qui soient. Ce sont et pour paraphraser un de ses poèmes qui sera présenté à Sierre des "sérums, aides-mémoire, scénarii" dont les "rétiniens reflets" s'inscrivent au fond de nous-mêmes  jusqu'à prendre à revers et sans qu'il le sache notre inconscient.

Bolle 3.pngChez Catherine Bolle les dessins font ce que les mots ne font pas et tout autant les seconds évoquent ce que les premiers de peuvent donner. Existe dans chacune de ses oeuvres "l’iceberg de la peur démasqué, l’enveloppe dépourvue de message même, sans son sel, de la mer à la rosée à la fascinante recherche de l’éternité". Preuve que l'art lorsqu'il montre ou parle n'est pas simple agent de communication mais matière elle-même de ce qu'il fait, est et devient grâce à une telle créatrice.

Bolle 2.jpgLa Vaudoise reste l'artiste impeccable du trouble, de la fêlure existentielle. Tout surgit en une forme de rigorisme capable de débrider toutefois une sorte de sensualité paradoxale. Nous sommes plongés au coeur d’une errance immobile dans laquelle le statisme de l'image est toujours contredit par ce qui en jaillit. Catherined Bolle catalyse une force prête à sourdre. Surgit le flot obscur d’un sombre désir, d’une attente et d’une perpétuelle interrogation dans l'exploration de limites, frontières, indices interstitiels.

Jean-Paul Gavard-Perret.

Les commentaires sont fermés.