gruyeresuisse

02/06/2020

Le "charme" discret de la "Bourgeoisie" selon Louise

Bourgeois  bonbon.pngLouise Bourgeois avait l'odeur de sainteté en horreur. L'ostentation possède chez elle un aspect particulier : il s'agit de faire surgir les secrets les plus intimes de l'enfance. A la demande du directeur de la Maison de Balzac, Louise Bourgeois allait créer une oeuvre testamentaire à l'aide de torchons et mouchoirs, pliés dans les armoires depuis son départ aux États-Unis en 1938 et agrémentés de perles, de boutons, d'épingles. Ce sont autant de reliquaires en l'honneur d'Eugénie Grandet qui - comme l'écrit Jean Frémon - devient pour Louise Bourgeois «le prototype de la femme qui ne s'est pas réalisée. Elle est dans l'indisponibilité de s'épanouir prisonnière de son père qui avait besoin d'une bonne. Son destin est celui d'une femme qui n'a jamais l'occasion d'être une femme». Néanmoins par l'art, à l'inverse de l'héroïne, la créatrice put se "sauver".

Bourgeois 3.jpgL'exposition et le livre qui en découle présentent la trilogie "bourgeoise": un père méprisant , une mère muette, fille sacrifiée mais qui - passant de chez Balzac (mais pas seulement) à l'existence - devint enragée. Les seize compositions évoquent la solitude, le vieillissement, la frustration, l'effacement et une célébration de la patience féminine.Pour Louise Bourgeois l'art resta ainsi jusqu'à la fin une suite de surfaces de "réparation" face aux douleurs de l'enfance. Sortant la figure maternelle de sa chambre (à coucher ou de torture) l'artiste a reprisé l’océan sombre de sa propre histoire dont la création plastique est devenue une forme d’autobiographie sans concession au moindre narcissisme d'usage.

Bourgois Bon.pngPar ses travaux de ravaudages Louise Bourgeois poursuivit au fil de son œuvre un travail de réparation sur un plan métaphorique, mental et pratique. Il trouve son apogée - après le motif de l'araignée récurrent  - dans cette suite de pans tapissiers afin de crérr un nouveau type de structures du textile. Avec la "figuration" de son double blême et balzacien, l'artiste se veut infirmière de son enfance. La trajectoire de l'œuvre  est donc l'histoire d'une accession à soi contre le père et son pouvoir sexuel mais aussi pour la mère humiliée. Existent là des fantômes ou des réalités qui servent d'appât à la présence d'une identité qui ne se définit que par des dépôts, des lambeaux que la fille indignée essaye de reconstruire pour mettre fin à une résignation féminine. Elle passe ici par un dernier processus figuratif aussi pénétrant que douloureux.

Jean-Paul Gavard-Perret

 

Louise Bourgeois, " Moi, Eugénie Grandet", Précédé de "Mystères d'une identification" de Jean Frémon, Collection Le Cabinet des lettrés, Gallimard

Commentaires

Connaître Eugénie Grandet pour JPGP comme pour Louise Bourgeois qui brodait à l'ombre de ses parents revient à la juste analyse d'un féminicide feutré .

Écrit par : Villeneuve | 02/06/2020

Les commentaires sont fermés.