gruyeresuisse

01/06/2020

Les cueillettes de Caroline Bourrit

Bourrit.jpgCaroline Bourrit, "Hésiter du regard, choisir avec les mains, ou l’inverse", Standard-Deluxe, Lausanne, du 1er au 6 juin 2020, visible jusqu'au 18 juin,

Caroline Bourrit offre pendant une semaine des fragments d’histoire pour offrir un nouvel environnement perceptif. Ces textes lus et leur processus d'installation sont là afin de créer des images plurielles. L'ensemble, comme l'écrit l'artiste, permet "d’épaissir le présent, au travers de l’expérimentation comme mode de connaissance, comme une pensée en acte et en train de se faire, comme résistance".

Bourrit 2.pngUne telle proposition ramène, par sa puissance, à quelque chose d'élémentaire et fait penser à ce que Beckett a noté dans un de ses premiers textes : "Impossible de raisonner sur l'unique. Impossible de mettre de l'ordre dans l'élémentaire." Les 6 pièces du puzzle de la créatrice permettent de prendre conscience d'une manière brutale, théâtrale, de la lutte entre le vrai et le faux de manière plus viscérale qu'intellectuelle.

Bourrit 3.pngCe projet donne aussi la possibilité à l'impensé et l'invisible de devenir palpables au moment où  Caroline Bourrit anime les formes à notre insu. Divers mouvements emportent de tels épisodes sans tout sacrifier du manque de vie réelle qui tient parfois de la cérébralité dans l'art ou la littérature. Ici, contre une sensation d'abstinence, l'artiste traque à sa manière ce que Pierre Mabille nomma "le Miroir du merveilleux".

Jean-Paul Gavard-Perret

Les commentaires sont fermés.