gruyeresuisse

08/05/2020

Jim Lee "farceur" génial

Lee 3.jpgL'iconoclaste de la photo de mode Jim Lee reste le maître des compositions asymétriques aux couleurs vives qui ont contribué à une nouvelle narration plastique et à un renouveau du langage de la photographie de mode. Né en 1945 de parents qui travaillèrent pour les renseignements militaires britannique (le fameux MI5 cher à James Bond et aux films d'espionnage au temps de leur grandeur) ), descendant de la famille royale, le futur enfant terrible de la prise de vue a vécu dans environnement protégé fait de privilèges quotidiens et de parfums de fêtes et d'aventures.

Lee.jpgJim Lee s’installa en Australie, enchanté par la vie sauvage et au grand air (et c'est peu dire) de l’Outback. Il y devint photographe autodidacte en vivant là-bas une vie de patachon. Avant même son retour dans la perfide Albion il se crée se propre réputation en photographiant le gotha de la British Invasion musicale ( Beatles, Rolling Stones, etc.). Revenu en Angleterre il se lance dans la photographie de mode et travaille avec une jeune et prometteuse rédactrice en chef : Anna Wintour...

Lee 2.jpgDes "Swinging Sixties" de Londres, à la fin des années 1960 il devient la coqueluche avant de se tourner vers le cinéma le temps d'un film avec Alan Bates. Il collabora ensuite avec des créateurs influents comme Yves Saint Laurent et Gianni Versace et réalisa plus de 200 publicités importantes. Tout son univers reste d'une fantaisie folle et enjouée. Lee n'hésite jamais à la provocation implicite ou marquée. Manière de souligner le charme discret de la bourgeoisie et des têtes plus ou moins couronnées.

Jean-Paul Gavard-Perret

(Le photographe est représenté par la galerie Holden Luntz).

Les commentaires sont fermés.