gruyeresuisse

07/05/2020

Mercedes Riedy : identités du réel et de la fiction

RIEDY.jpgMercedes Riedy est devenue photographe professionnelle à la fin des années 80. Mais sa rencontre avec le medium a eu lieu lorsqu’elle avait 17 ans. "Un jour, dans le noir d’un laboratoire, elle s’est retrouvée face à face avec une image qu’elle avait faite, magiquement apparue dans la cuvette de révélateur". Ce fut sa découverte et depuis elle vit "avec la photographie, pour la photographie".  Artiste engagée  la créatrice s'est spécialisée dans la photo de théâtre et de danse.

riedy 2.jpgMais elle est tout autant une fée du portrait et elle a participé à un nombre impressionnant d’expositions. Elle a pu montrer la puissance de son regard et sa manière d'envisager et dévisager le portrait  par exemple avec "les Fous de Jazz" (1994), "Désaffectés" (Festival Image 2000 à Vevey), "Photographies et autres petites histoires" hommage à Sanseverino, (Yverdon 2003) ou encore "10 ans de photographies" ( FNAC Lausanne).

riedy 3.jpgLa clé de voûte de son travail reste l'attention  bienveillante portée sur celles et ceux qui deviennent non les objets mais les sujets de ses photos. Mercedes Riedy prouve qu'il existe un écart entre le visage et le portrait (surtout depuis l'invention de la photographie). Et si la créatrice prend en charge le dévoilement de l'identité autant réelle que lors des représentations théâtrales ou autres. c'est parce que chaque fois dans ses prises la lumière du visage perce des ténèbres et ouvre de nouveaux horizons pour donner à voir une vérité qui n'est pas d'apparence mais d'incorporation.

Jean-Paul Gavard-Perret

Les commentaires sont fermés.