gruyeresuisse

27/04/2020

Benjamin Manser : oh les beaux jours - ou presque

Manser.jpg

 

Le photographe de Saint Gall Benjamin Manser est sensible aux sous-cultures : celles des sports, de la fête populaire, de la musique et des spectacles du même tonneau. Il visite entre autres les espaces où les adeptes des vendanges montent sur les rings ou sur le ventre de Bacchus ou de ses vestales en d'innombrables farandoles et dérives.

 

 

Manser 2.jpgLes femmes sont parfois pulpeuses et les héros frimeurs. La plupart croit encore le futur. Il semble s'offrir à leurs ardeurs. Pour autant Benjamin Manser montre cette vie à l'envers et l'envers de la vie où travailler la jouissance tente de se faire jour entre madones apostoliques, robes de ronces ou squelettes des arbres. Il s'agit souvent de courir les pentes du désir par procuration.

Manser 3.jpgTout un monde s'agite sans connaître le gouvernail qui le fait avancer sur les places bondées ou les champs couverts de chaume. D'une certaine manière Benjamin Manser écope la misère. Il ouvre des portes qui donnent sur des arrières salles ou cours où la vie comme un brin d'herbe est ruminée avant d'être fauchée et où les légendes espérées finissent par s'éteindre. Il y a là tout un temps qui nous dure le temps d'y croire encore.

Jean-Paul Gavard-Perret

Les commentaires sont fermés.