gruyeresuisse

21/04/2020

Claude Louis-Combet lecteur de Huysmans

Combet.jpg"Ce n’est pas ici un essai sur Huysmans, l’homme et son œuvre, mais un témoignage de reconnaissance à l’égard d’une écriture dont l’esprit, incarné successivement en Folantin, en Des Esseintes et en Durtal" écrit Claude Louis-Combet  pour présenter son livre. Cet éloge peut sembler surprenant tant l'auteur d' "A rebours" pourrait sembler éloigné de lui. Mais il insiste et le reconnaît "comme le seul auteur dont je pourrais me réclamer s’il me fallait répondre à une question qui porterait sur le lien établi, dès le début et à la longue, entre l’écriture et l’existence."

Combet 2.jpgClaude Louis-Combet a compris combien le satanisme et la création comme son un acte transgressif au centre de l'oeuvre de Huysmans. Le premier a été touché par un tel doloriste, spécialiste des coeurs souffrants et pyrotechniques.

Mais il est touché aussi par les oeuvres plus tardives et catholiques du "Bureaucrate de l'Apocalypse", gratte-papier administratif qui a réussi par ses élucubrations a sortir de la vie de bureau.

 

 

Combet 3.jpgIl y exprime non sans "furor" une écriture fruit d'un atrabilaire invétéré, aigri, naturaliste et luciférien, maître de l'érudition historique. Claude Louis-Combet a compris plus qu'un autre celui qui - avant de devenir moraliste mystique - a refusé la narration classique dans ses fictions pessimistes et fébriles dont l'écriture violente va au corps, à la chair sans refus d'idéalisation et le goût des mots et du détail. 

Jean-Paul Gavard-Perret

Claude Louis-Combet, "Huysmans au coin de ma fenêtre", dessins de Roland Sénéca, Fata Morgana, 112 p., 18 E..

Les commentaires sont fermés.