gruyeresuisse

24/03/2020

Doubles jeux de Philippe diCorcia

Di Corcia.jpgPhilippe diCorcia est sans doute un des photographes narrateurs de "fictions" les plus intéressants du début du siècle. Il explore et dépasse les limites de son médium par des prises méticuleusement scénographiées et réalisées, mettant en scène une variété d’individus parmi lesquels des amis, des membres de sa famille, des anonymes, des gogo danseurs voire des personnages transformés en maquereaux demi-sel.

Di Corcia 3.jpgTout joue entre le vrai et le faux, la pose et le naturel avec un humour constant là où un érotisme ambigu plane : l'amour semble tariffé en des partouzes discrètes ou des tête à tête arrangés. La théâtralité est là pour le signifier sous un aspect faussement documentariste - ce qui donne à l'oeuvre encore plus de saveur.

Di Corcia 2.jpgDans les interstices entre fiction et réalité diCorcia crée depuis plus de 20 ans son cinéma fixe et muet entre Lynch, Hopper et Antonioni. Rien ne manque à ces fausses histoires où la beauté et l’harmonie prennent une nouvelle donne en un glamour inversé et une audace ludique et ironique. Tout demeure ambigu et ce n'est pas le moindre plaisir de telle monstrations aussi subtiles qu'équivoques. Dans la douceur les miasmes prennent des allures classieuses.

Jean-Paul Gavard-Perret

Les photographies de diCorcia sont visibles actuellement - sur R-V uniquement étant données les circonstances - à la David Zwirner, Paris.

Les commentaires sont fermés.