gruyeresuisse

22/03/2020

Thomas Ott : Melancolia 66

Ott Bon.jpgLe Zurichois Thomas Ott dessine donc en noir et blanc selon l'usage de la technique de la carte à gratter. Si bien que le noir domine puisqu'il reste toujours le fond de l'image et sa présence demeure comme par défaut. Dès lors sa "Route 66" est plus nocturne que solaire. Même lorsque sont atteints l'Ouest et ses déserts.

Ott 3.jpgLes planches cinématographiques annoncent un monde perdu et qui ne reviendra plus. L'oeil parcourt des cases larges qui s'étendent souvent d'un bord à l'autre de la page mais tout en restant étroites. Cette réduction de type navigation à vue crée un univers étrange et le plus souvent muet - le texte est présent uniquement en tant qu'élément du dessin (pancartes, panneaux, etc.).

Ott Bon 2.jpgUne telle bande-dessinée par excellence road-moviesque est plus pour adultes que les enfants par son écriture et sa captation. L'univers est certes naturaliste mais le noir et blanc crée une distanciation. Nous rentrons dans les coulisses de la route 66. Elle dérape ici entre parkings et motels plus que dans des univers paysagers oniriques.

Jean-Paul Gavard-Perret

Les commentaires sont fermés.