gruyeresuisse

09/03/2020

Henri Michaux : phénoménologie de l'écriture

Michaux.jpgMichaux ne cesse de reprendre et corriger sans cesse son langage en un déferlement au nom d'une question majeure : "Qui n’a voulu saisir plus, saisir mieux, saisir autrement, et les êtres et les choses, pas avec des mots, ni avec des phonèmes, ni des onomatopées, mais avec des signes graphiques ?" Le poète veut lutter contre les étouffements en creusant syntaxe et mots. Il  rêve un langage ouvert et proliférant en abîme de sens.

Et si pour lui toute langue reste "inidentifiable", contre son corps mort, il cherche celui qui, vivant, parle autrement en ses engrenages, ses grains et s'éloigne du granit statufié du logos des docteurs et des maîtres. Michaux invite à entrer dans la genèse de son œuvre de combat contre les formes existantes. Il veut sortir une masse enfouie quelque part, grâce à l'accouplement de la pensée et de l'écriture pour permettre à l'esprit de flotter sur des eaux nouvelles.

Jean-Paul Gavard-Perret

Henri Michaux, "Saisir", (nouvelle édition), Editions Fata Morgana, Fontfroide le Haut, 2020, 112 p.

Les commentaires sont fermés.