gruyeresuisse

03/03/2020

Bertien van Manen : "noblesse" oblige

Van Manen 3.jpg

 

Bertien van Manen par ses photographies fait planer l’aigre et le doux. Enraciné dans le reportage photo social classique dans un noir et blanc simple - qui jusque dans les années 1980 était un genre important - avec les photos de ses proches, elle a développé une forme personnelle et poétique de photographie noir et blanc ou couleur qui révèle ses relations les plus profondes.

 

Van Manen.jpgL’exposition propose aussi les différentes séries produites par Van Manen depuis les années 1970, à partir de son travail autobiographique au sens large. Elles passent de sa première série à Budapest dans les années 1970, la série en noir et blanc des religieuses dans les années 1980, et les histoires de Russes et de Chinois aux prises avec les changements de société. Mais aussi et surtout sa série documentant les photos de famille d’autres personnes et les photos sensibles (paysage) prises après la perte de son mari en 2010.

Van Manen 2.jpgCette exposition la première grande rétrospective sur l'œuvre de la photographe dans le monde. En étroite liaison avec la créatrice, cette présentation et pour chacune de ses séries présente le travail d’un autre photographe dont Nan Goldin, Boris Mikhailov et Rineke Dijkstra. Cela fournit un contrepoint au travail de Van Manen,  en propose un contexte, un contraste ou un contrepoint. L’artiste néerlandaise cultive au besoin les discontinuités, des éboulis. L’œil en est réduit au doute, au paradoxe à l'improbabilité d'un centre ou d'un tréfonds qui interdit la romance. Restent des reliquats où les idées grouillent comme dans les coulisses du monde en une vérité de noblesse particulière face au fade et au frelaté.

Jean-Paul Gavard-Perret

Bertien van Manen,"Beyond the Image: Bertien van Manen & Friends", Stedelijk Museum Amsterdam, du 29 février du 9 aout 2020.

 

 

Les commentaires sont fermés.