gruyeresuisse

27/02/2020

Alex Hanimann : le même en l'autre

Hanniman.pngAlex Hanimann, "Same But Different", FRAC Grand-Large, Hauts de France, du 16 février au 26 avril 2020.en collaboration avec le Kunstmuseum St Gall (Suisse) et la Villa Merkel à Esslingen (Allemagne) et le soutien de Pro Helvetia.

hanniman 3.pngAlex Hanimann transpose les principes de la photographie dans différents médiums - vidéos, sculptures, peintures ou installations - pour mieux percevoir les nuances et les écarts entre les images, la réalité et ce qui en cette dernière échappe.Tout joue ici entre diverses oppositions : noir et blanc, positif et lnégatif, visible et invisible, champ et hors champ, nommable et inommable.

hanniman 2.pngL'artiste suisse retient des images qui sont des extraits ou des essences de gestes, d’histoires et de souvenirs. Au besoin par le numérique il traffique la trame et la nature des images.Surgit tout un jeu de flipper entre ce que l'on croit voire et ce que l'on projette. L'artiste propose une attraction prégnante et sourdement provocante. A la candeur des images toutes faites répondent une émotion et une perception profondes. Elles se fondent sur équilibre parfait entre formes et sens selon une dualité qui ramène à l’ambiguïté essentielle de toute image.

hanniman 4.pngNulle «littérature» en cela mais de la poésie pure par la conjonction de la photographie et ses nouveaux états. S’y respire un lointain proche. Non sans froideur le réel échappe à l’attraction terrestre. L’artiste emprisonne moins qu’il ne délivre entre capture et liberté, embrassement et syncope, symétries et perspectives. Tout se joue dans le champ de l’ambivalence. Et si le corps a cédé place à son illusion, un mensonge inédit est capable de dire la vérité. Nous ne possédons l’image. Elle nous possède.

Jean-Paul Gavard-Perret

Les commentaires sont fermés.