gruyeresuisse

22/02/2020

Passiflores que ça et autres plantes grimpantes

Pas si love.jpgLa galerie Bertrand Gillig saute sur la Saint Valentin pour offrir des oeuvres "caliente". Cette année sont mis à contributions matelamatiques  Erro avec des sérigraphies en rien innocentes (et c'est peu dire), Milo Manara, maître de la bande dessinée érotique, DOOL (Olivier Lelong et Diane Ottawa), MG et ses peintures pop éros, Pudeur Française et sa recherche sur la représentation des pratiques sexuelles atypiques et enfin Les Ombres de Juillet dont les dessins obscènes et non gentrifiés sont réalisés au stylo ou aux crayons de couleurs.

Pas si love 3.jpgLa sidération est offerte par un ignoré du corps rendu visible : non seulement par la façon dont il parle le désir mais dont il est exposé - voire et plus directement sexposé - avec indécence en divers défis. Le voyeur se retrouve prisonnier volontaire de toutes ses machines à fantasmer qu'elles fonctionnent ironiquement à vide ou plein pot.

Mais un fait est évident : si les liquettes restent au clou, toisons, seins-coquillages, fessiers, soieries des peaux rendent les effeuillées mystérieuses et vivantes. Le corps redevient un songe et matière de rêve. Les palpitations frisent avec l'indicible. Mais pas seulement. Et c'est peu dire en de telles règles des jeux de l'amour ou ce qui en tient lieu.

Jean-Paul Gavard-Perret

 

"Pas si love !" n°4, Galerie d'art contemporain Bertrand Gillig, Strasbourg, jusqu'au 24 février 2020.

 

Les commentaires sont fermés.