gruyeresuisse

17/02/2020

Fabuleuses fabulations : Olivier Mosset au MAMCO

OMosset.jpglivier Mosset, MAMCO, Genève, Du 26 février au 21 juin 2020,

Le MAMCO expose le travail de l'artiste suisse  le plus connu (avec John Armleder) Olivier Mosset. Figure centrale de la peinture abstraite d’après-guerre il demeure une référence incontournable pour des générations de peintres européens et américains. Cette rétrospective revient sur les décennies de pratique de l'artiste, depuis les premières expérimentations des années 1960 jusqu’aux monumentaux travaux récents, en passant par les réflexions du peintre sur l’appropriation, le monochrome ou les "shaped canvases".

Mosset 2.jpgDe plus, des salles du musée sont consacrées à des mouvements et artistes dont Mosset fut ou demeure proche. Elles permettent d’envisager son travail à l’aune de différents contextes. C'est une manière supplémentaire de rappeler que toutes les oeuvres du créateurs restent des glaïeuls incendiaires exorbités de différentes manières - de l'abstraction au destructionnisme. Il pratique aussi bien l’aporie que le fractal avec un humour parfois "essentialiste". Et il serait peut-être encore prêt à donner ses cheveux et sa barbe pour que Trump se prenne pour les Beatles (période karma).

Mosset 3.pngC’est dire si Mosset se moquent des pouvoirs. Sans doute parce qu’il reste voué aux alternances incompréhensibles (pour les autres). Elles caractérisent son travail, sa fragilité, sa force, son anxiété et sa farce. Le volupté des images est chez lui jamais une perte mais une dépense - dans le sens où l'entendait Bataille. Et ce qui en résulte est tout sauf une tristesse ou un tarissement.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

Les commentaires sont fermés.