gruyeresuisse

02/02/2020

Amiel et les autres diaristes suisses aux "Moments littéraires"

Suisse 3.jpgLes Moments littéraires - n° 43, "Amiel & Co" et Henri-Frédéric Amiel - Élisa Guédin "Correspondance 1869-1881", Les Moments littéraires - hors-série n° 3, Paris, 2020.

La Suisse apparaît comme une terre d’élection pour l’introspection. Jean-Jacques Rousseau avait ouvert la voie avec ses "Confessions" et Amiel Amiel l'a suivi avec son monumental "Journal" dont le manuscrit de 16 000 pages a été publié en douze volumes aux éditions L’Âge d’homme (Lausanne). Puis sont arrivés les "Semaisons" de Jaccottet, les "Carnets" de Georges Haldas mais aussi Maurice Chappaz, Alexandre Voisard, Gustave Roud, Alice Rivaz, Ramuz, Anne Brécart, Corinne Desarzens, Jean-François Duval, Alexandre Friederich, René Groebli, Roland Jaccard, Jean-Louis Kuffer, Douna Loup, Jérôme Meizoz, Jacques Mercanton, Noëlle Revaz, Jean-Pierre Rochat, Daniel de Roulet, Catherine Safonoff, Monique Saint-Hélier, Marina Salzmann, François Vassali,, Jean-Bernard Vuillème, Luc Weibel. En dehors des écrits d’Amiel, Ramuz et de Saint-Hélier, aucun de ces extraits de journaux ou de carnets intimes n’avait été publié. Et un cahier photographique de 8 photographies de René Groebli témoigne de l’apport de l’image dans la démarche autobiographique

Suisse 5.pngGilbert Moreau - fondateur et directeur de la revue "Les Moments littéraires" - et Luc Weibel - historien et écrivain, auteur entte autre de "souvenirs d’une femme de chambre en Suisse romande" . et "Les Petits Frères d’Amiel : entre autobiographie et journal intime" (Les deux chez Zoé, Genève) - publient les 144 lettres ( inconnues jusqu’à ce jour, récemment retrouvées dans une maison de campagne genevoise) qu'Amiel a échangé avec une jeune femme rencontrée chez l’un de ses collègues universitaires, Élisa Guédin. L’imperturbable candidat au mariage désirait-il l'épouser ? Élisa le prévient : il n’en est pas question :  « Homme ne puis, femme ne daigne, âme suis. » ecrit-elle pour mettre fin à ses illusions et prétentions.

Suisse 6.jpgL'échange tourne alors autour de la qualité de leur relation ( nommée « amouritié » par Amiel), leurs lectures, idées, activités, voyages et rencontres. Habile et mâdré Amiel pratique un marivaudage. Élisa tient un discours plus "noble". Elle est en quête d’une vocation. Amiel lui suggère de s’orienter vers la littérature pour ses qualités d’analyse et de style. Mais elle veut se consacrer aux déshérités. Mais ses propres ambitions tournent court : elle tient à ses habitudes de luxe et ses séjours dans des stations thermales à la mode. Brillante elle s’exprime avec talent et parsème ses propos de références littéraires. Quoique  parfois agacé par le talent de sa correspondante dont il admire l'expression, Amiel recopie plus d’un passage de ses lettres dans son journal.

Jean-Paul Gavard-Perret

 

Les commentaires sont fermés.