gruyeresuisse

28/01/2020

Thomas Hauri : quand la loque interloque

Hauri 2.pngThomas Hauri, "Tranfer", Vitrine 17, Dreier Frenzel, Architecture + Communication, Avenue du Rond-Point Lausanne, à partir du 31 janvier.

Chez Thomas Hauri la loque interloque. Ce qui suppose la mise en scène d'un leurre : celui du fantasme de fusion du réel et de l'image. Souvent sans doute il n'y a pas d'oeuvre sans le naïveté de ce coït ininterrompu d'un tel rêve d'idylle avec le réel. Mais l'artiste le met à distance.

Hauri.pngThomas Hauri poursuit un travail analytique et critique - qui englobe l'histoire de l'art, le social et le politique ainsi que l'évolution même des processus de création d'images - par des séries d’architectures subtiles. Elles voguent parfois dans le vide. Les apparences perdent leur éclat par effet de surimpression et de mélange. De telles structures deviennent des raccourcis saisissants de l'évolution et de la permanence des images. L'artiste opère une subversion à l'intérieur d'un système bien huilé. Maculés, oblitérés, caviardés ses toiles et ses dessins diffusent une vision déstabilisante.

Hauri 3.pngC'est une manière de trouver le hors sens musical qui malaxe, engorge, gêne la fluidité facile de l'image. Fidèle aux "Emanations, explosions" de Rimbaud, l'artiste poursuit sa course de vitesse contre la fermeture stabilisée du monde tissé de barbarie, ouvert à perte-pied sur la rumeur de l'inconscient, pulvérisé. Et ce par la débâcle des corps et des choses dans le temps et l'atomisation de la matière en ses pans de noirceur.

Jean-Paul Gavard-Perret

11:23 Publié dans Images, Suisse, Vaud | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.