gruyeresuisse

12/01/2020

Fanny Gagliardini : espèces d’espaces

Gaglia.jpgJaillissent des travaux minimalistes de Fanny Gagliardini divers types de hantise des lieux en une poésie mystérieuse et prégnante. Un ordonnancement subtil, acéré (mais doux parfois) crée un langage particulier. Les volumes ou les pans (avec de précieux interstices) pourraient sembler servir de caution au rêve là où une forme "d’anonymation" déclinée sous forme de structures crée une énergie parfois solaire, parfois ténébreuse.

Gaglia 1.jpgLa puissance immobile, épurée et chargée de silence fait bouger les lignes. Le regard se perd dans un tel contexte qui suggère un équilibre où le jeu du lointain fait celui de la proximité autant dans les peintures que dans les vidéos qui les animent dans un contexte "paysager" premier.

Gaglia 3.jpgSous l’apparence crue, les "lieux" sont dégagés de toute facticité aguicheuse ou de pure «façade». Se produisent une complémentarité et une harmonie intempestives. L’oeuvre renforce l’idée que l'art est fait pour métaboliser le réel et permet de franchir des seuils. Il reste au service de rapports complexes. Masses et ruptures de plans font que les structures et leur contexte se regardent et se complètent. L’espace y devient temps. Temps non pulsé mais à l’indéniable force suggestive.

Jean-Paul Gavard-Perret

Fanny Galgiardini, Dehors Dedans Dedans Dehours", www.fannygagliardini.com

Les commentaires sont fermés.