gruyeresuisse

10/01/2020

Jan Fabre et le jardin des délices

Fabre.pngUsant à tous les sens du terme de 200 000 stylos Bic bleu Jan Fabre a développé une suite créée à l'origine par  quasi accident. Il suivait avec un tel ustensile le parcours d'un scarabée sur une boite d'allumettes. Il a développé depuis ce point de départ contemplatif sa propre période bleue sur divers supports. Il s'agit par ce biais non de les ligaturer mais de s'enfoncer dans une union de ce qui fut le vierge mais a été largement consommé et consumé.

Fabre 2.pngDans une interview du 9 janvier 2020 pour l'inauguration de son exposition l'artiste iconoclaste belge précise le sens de cette entreprise très spécifique au sein de son oeuvre et parcours hybride : "La série de grands dessins au Bic bleus de l'Heure Sauvage est un hommage à la force et à l'anarchie inhérente à la Nature. Ce que les humains se doivent de respecter."  Et ce si nous voulons vivre encore là où l'accord est pur et résonne dans les hautes frondaisons que Fabre incise.

Fabre 3.pngL'impact d'un tel travail entamé depuis longtemps prend actuellement une force nouvelle puisqu'il s'agit de rappeler à tout homme la nécessité de se plier devant la puissance de vulnérabilité et de beauté de la nature. Bref il faut tenter de le rapatrier dans un Eden que nous avons  saccagé. Ce travail devient donc un rappel à l'urgence. Et Fabre reste celui qui dans toutes ses oeuvres ne cesse de défendre l'humanité, la nature, la beauté, l'art. Dire qu'une telle exposition vient à point nommé serait un euphémisme. Il s'agit de faire comprendre que de notre chair et du monde bleu ne resteront  bientôt que des morceaux de gris.

Jean-Paul Gavard-Perret

Jan Fabre, "L'heure Sauvage", Templon, Bruxelles, du 9 janvier au 22 février 2020.

Les commentaires sont fermés.